Introduction à la civilisation musulmane (VI)

Mar 13, 2019 par

Introduction à la civilisation musulmane (VI)

 

Pr.  Mustayeen Ahmed Khan

 

[Mustayeen Ahmed Khan est né à Delhi (Inde). Il a commencé ses études à Karachi (Pakistan), puis au GovernmentCollege de Lahore, où il a obtenu le Master of Science en chimie en 1970. Plus tard, il a obtenu le grade de Doctorat de Spécialité Troisième Cycle, suivi du Doctorat d’État ès Sciences Physiques de l’Université Louis Pasteur à Strasbourg (France).

Il a commencé sa carrière professionnelle à la Pakistan State OilCompany à Karachi et a ensuite enseigné la chimie dans diverses universités algériennes. À partir de 1990, il a été maître de conférences à la Faculté de Pharmacie de l’Université d’Angers (France). Il est aujourd’hui à la retraite.

En plus de ses travaux en chimie, il est l’auteur de six ouvrages et d’une vingtaine d’articles consacrés à l’histoire et la théologie.]

 

 

*****

 

 

Omission dans l’article “Introduction à la Civilisation Musulmane V” (Islam Magazine n°27) :

 

 

Divers

 

  • En 1067, fondation à Baghdâd par le Grand Vizir Nizâm Al-Mulk, de la Madrasa Nizâmiya, un institut d’enseignement supérieur.
  • Yûsuf ibn Tashfin (m.1106), le Chef Berbère du Mouvement Almoravide, fonde la ville de Marrakech en 1061 et celle de Tlemcen en 1080.
  • Vers la fin du siècle, les navigateurs arabes utilisent la boussole, mentionnée pour la première fois vers 1090.

 

 

*****

 

 

XIIème siècle : première moitié

 

  1. En Afrique du Nord, sous le commandement d’Ibn Tumart (M.1130), début du mouvement des Muwahhidûn(les Almohades) contre la dynastie régnante des Almoravides.

 

  1. ‘AbdAl-Mu’min (m.1163), successeur d’Ibn Tumart, détruit la puissance Almoravide et se proclame Calife après les conquêtes de Fès en 1146 et de Marrakech en 1147. Plus tard, il unifie l’Afrique du Nord et l’Andalousie.

Après 436 ans de domination musulmane, Lisbonne passe sous le contrôle d’Alphonse I (m. 1185) du Portugal.

 

1147-1269.  Règne de la Dynastie Almohade sur le Maghreb et l’Andalousie.

 

  1. Lors des Croisades, l’armée chrétienne est battue à Damas.

 

Les Acteurs

 

Théologie et jurisprudence

 

  • Le philosophe mystique Abû Hamîd Al-Ghazâlî, latinisé en Algazel (M.111). natif de Tûs dans le Khurâsân, il a beaucoup écrit sur les réformes religieuses, domaine dans lequel ses œuvres ont laissé une influence profonde. Parmi ses ouvrages bien connus, citons : Ihyâ’ Ulûm ad-Dîn (Renaissance de la Religion), Tahâfut al-Falâsifa (Incohérence des Philosophes), Kimiyâ’ as-Sa’âda (Alchimie du Bonheur), Mishkât al-Anwâr (Les Illuminations) et son autobiographie Al-Munqidh min ad-Dalâl (Erreur et Délivrance). Convaincu de la faiblesse des méthodes rationnelles dans la recherche de la vérité, il a montré quel genre de philosophie pouvait être compatible à la fois avec l’Islam et la raison. Le Grand Vizir Nizâm Al-Mulk lui confia en 1091 une chaire dans la célèbre Madrasa Nizâmiya.
  • Le théologien hanbalite Abû Al-Wafâ’ Ibn ‘Âqil Al-Baghdâdî (m.1119).
  • Abû Muhammad Al-Baghawî (m.1122) connu pour son livre Maçabih as-Sunna (Lumières de la Tradition).
  • Au début de ce siècle, Ibn Tumart (m.1130) traduit le Coran en langue berbère. C’est la première fois que l’on essaye de traduire la totalité du Coran en une autre langue. Il est le fondateur de la Dynastie Berbère Almohade (Al-Muwahhidûn) qui a gouverné le Maghreb et l’Espagne.
  • Le théologien et philologue Abû Al-QâsimMahmûd Ibn ‘Umar Az-Zamakhsharî du Khwarezm (m.1143). il est connu pour son Tafsîr al-Qur’ân (Interprétation du Coran) et son œuvre Mufaççal(Le Détaillé) qui est devenu un classique dans la philologie arabe.

 

 

Science et technologie

 

  • ‘Umar Khayyâm de Nishapur en Perse (m. entre 1122 et 1132), dont le nom complet est Ghiyâsuddîn Abû Al-Fath Ibn Ibrâhîm Al-Khayyâm. Bien qu’il soit mondialement connu en tant que philosophe et poète grâce à ses Rubâ’iyyât (Quatrains), il fut également grand mathématicien et astronome. Il a écrit un commentaire sur les travaux d’Euclide, a classé les équations du second et troisième degrés selon le nombre de termes, a donné des solutions géométriques aux équations du troisième degré et a résolu le problème général de détermination des racines. Il a joué un rôle majeur dans la réforme du calendrier, dont on dit qu’elle fut plus précise que la réforme grégorienne. Dans ce domaine, ses travaux importants restent Mushkilât al-Hisâb (Les Difficultés de l’Arithmétique) et Muçâdirât (Les Postulats).
  • L’astronome andalou Ibn Mas’ûd de Séville, auteur d’un traité sur la trigonométrie.
  • Le mathématicien et astronome andalou Jâbir Ibn Aflah de Séville (m.1160), qui s’est distingué en trigonométrie. Son œuvre « Le Livre d’Astronomie » est aussi connue sous le nom de « Islâh al-Majistî » (Correction de l’Almageste). Son nom en latin est également Geber, mais il ne doit pas être confondu avec le Geber original, Jâbir Ibn Hayyân, l’alchimiste du VIIIème siècle.
  • L’astronome et historien Abû Hamîd Al-Andalûsî, né à Grenade et décédé en 1169 à Damas à l’âge de 90 ans. Il est l’auteur d’un livre sur la cosmographie, Tuhfat al-Albâb (Don des Intellects), et d’un intéressant récit sur ses voyages en Europe et en Asie.

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous