La vie et les évènements selon l’Islam

Mar 13, 2019 par

La vie et les évènements selon l’Islam

 

Dr. Adem Ergül

1-Les Oulémas (savants), les Ârifs (gnostiques) et les Murchids (guides spirituels)

Le mot « science » (ilim) employé dans le Saint Coran fait référence à des connaissances systématiques, stables, originales, dénouées d’incohérence, de présomption et d’inexactitude.

De ce point de vue  la science enseignée par Allah U à l’Homme est la meilleure, d’autant plus que, selon le Saint Coran, Allah U est l’unique source de tout savoir et de toute science.

L’Homme, qui peut faire usage des bienfaits qu’Allah U lui a donnés, tels que les yeux, les oreilles, le cœur et le cerveau (lieu du sens de discernement) pour comprendre correctement les versets « qawnis » (versets sur la création) et les ayets « qalams » (versets incréés), peut être alors considéré comme ayant été doté de la capacité de bien comprendre la science.

La science transmise par Allah U se trouve dans les versets (ayets). Un ayet est un verset coranique ou un signe dans la nature par lequel se manifeste la puissance d’Allah U. Il en existe deux sortes :

  • Les versets qawni correspondent à toute la création d’Allah. En d’autres mots, chaque élément de la création, du plus petite au plus grand, tel que par exemple la terre, les cieux et l’être humain, est un signe qui peut être une source de connaissances pour ceux qui peuvent les déchiffrer et les comprendre.
  • Les versets qalams (versets incréés), quant à eux, sont des versets coraniques révélés au Prophète r. Le Saint Coran est le dernier message envoyé à la communauté des djinns et à la communauté humaine par Allah I.

Les savants sont ceux qui ont acquis les connaissances transmises dans ce message. Lorsque ces connaissances sont jumelées avec un esprit propre, pur et dépourvu de préjugés, il en découle de la dextérité, l’affection, l’amour, la stupéfaction, la vénération, la piété et la crainte d’Allah I.

Le but de la science et des savants est d’abord d’obtenir la satisfaction d’Allah Ta’ala et d’atteindre les véritables connaissances puis de les utiliser pour construire, conformément à la réalité de tout un chacun, le bonheur des peuples dans ce bas monde et dans l’au-delà.

Ainsi, les savants sont des personnes utiles pour elles-mêmes et pour leurs communautés. Ce sont en plus des personnes honorables et valeureuses auprès d’Allah U.

Lorsque ces savants sont capables d’utiliser leurs connaissances pour aider le peuple en multipliant le bienfait et en faisant obstacle au mal, ils acquièrent la qualité de  » savants providentiels « , titre propre aux « successeurs du Prophèter « .

Ainsi, ils construisent l’unité à travers leurs comportements et leurs messages. Ils ne sont ni des destructeurs ni des pervertisseurs mais plutôt des constructeurs et des réparateurs.

Ces savants sont similaires à des lampes qui donnent la lumière prophétique à leurs temps et à leurs lieux d’habitation. Grâce à leur humilité, leur modestie, leur dignité, leur perspicacité et leurs générosités, ils sont comme des guides et des conseillers bénévoles du peuple.

Toutefois, le plus grand danger qui menace ces savants, c’est le risque de s’enorgueillir et de changer négativement face à l’estime et le respect du peuple.

D’une part, il y a une possibilité et une tendance à ce qu’ils se transforment  consciemment ou inconsciemment en seigneur ou qu’ils s’attribuent des qualités divines.

D’autre part, l’Homme ne peut avoir un cœur solide que lorsqu’il a une maitrise suffisante de soi et il fait un autoréglage permanent.  À l’inverse il est possible qu’avec le temps, ces savants tombent dans le piège de l’égo et qu’ils se détournent du droit chemin.

Les cas de changements négatifs comme celui de Bel’am B. Baura sont remplis dans l’histoire, et cela continuera jusqu’à la fin des temps. C’est dû au fait que le savoir est un pouvoir et que tous les pouvoirs non contrôlés sont sources de perdition. De ce point de vue, la science doit toujours être accompagnée de l’amour pour Allah U.

Les savants, qui utilisent leurs connaissances inutilement, par ostentation, pour une position ou par intérêt, sont similaires à une catégorie de fonctionnaires qui travaillent pour semer la zizanie, la perversion et la destruction dans la société, alors qu’ils devaient plutôt se réfugier auprès Allah U.

Au lieu d’utiliser leurs connaissances au service d’Allah U et tenter de faire accroître la foi du peuple, certains savants s’adonnent à la théorie et créent la confusion et le doute dans l’esprit du peuple. Il s’agit par exemple de ceux qui n’ont aucun respect pour leurs prédécesseurs et pour les sahabas.

Il est important d’apprendre les affaires religieuses en se renseignant auprès des savants pieux et érudits[1].

Nous ne devons pas couvrir de louanges les personnes qui ne respectent pas les prescriptions islamiques quelle que soit leur éloquence.

Dans notre culture,  ceux qui sont considérés comme des savants ont une base de croyance solide et une véritable science ; ils accomplissent les actes d’adoration obligatoires et surérogatoires ; ils sont les protecteurs de la morale, ils se connaissent et connaissent leur Seigneur, en d’autres mots, ils connaissent profondément Allah.[2]

Ainsi, ils ont obtenu un respect et un amour sans faille dans les cœurs des fidèles. La majorité des musulmans qui les connaissent, les considèrent comme les amis d’Allah (Awliyâ Allah). Ce titre leur est conféré en raison de leur foi inébranlable et de la vie pieuse qu’ils mènent. Ils sont devenus des emblèmes de l’adoration. Leur piété a développé leur clairvoyance et leur perspicacité. Leur comportement et leurs paroles prouvent qu’ils sont devenus des sages qui vivent conformément aux prescriptions d’Allah U. Ils utilisent leurs connaissances au service d’Allah et obtiennent les bénédictions qui en résultent. Ils confient les sujets à propos desquels ils n’ont pas connaissance à Allah le Détenteur de toute science et de toute sagesse.

Les savants ont une influence évolutive et transformatrice sur le peuple à cause de leurs états d’esprit particulier. Dans la transformation des messages islamiques en connaissances, en d’autres termes dans la construction d’une personnalité musulmane, il ne faut jamais sous-estimer le rôle de ces savants.

Nous conférons le titre de murchid (guide spirituel) aux personnes qui ont cette base, qui œuvrent pour construire l’amour en Allah U, pour développer la foi, qui prêchent pour une bonne moralité et qui s’engagent à travailler sur la voie d’AllahU.

« Les murchids sont des guides spirituels qui ont gravé ce titre dans leur personnalité, qui ont graduellement atteint l’impeccabilité comportementale et le titre de successeur du Prophète r. Partout et en tout temps, ils sont des représentants du Prophète r en ce qui concerne l’impeccabilité du comportement et sur plan de la prédication. Leur langage de la miséricorde, leurs conseils et leurs prêches qui revitalisent les cœurs, équivalent aux rosées spirituelles qui proviennent essentiellement des sources prophétiques. En d’autres termes, leurs conseils et leurs recommandations reflètent les paroles du Messager d’Allah r. C’est pour cette raison que ceux qui observent leurs états d’esprit et leurs comportements affectivement et attentivement les considèrent comme l’incarnation de la morale islamique. »[3]

Malgré ces beautés et ces connaissances, les savants opinent qu’aucun ouléma, aucun savant ou aucun murchid n’a atteint le degré de connaissances des sahabas y et encore moins celui du Prophète r.

Même s’ils ne sont pas ignorants, les savants et les murchids peuvent parfois commettre des erreurs ou se tromper car, le fait qu’ils ne soient pas ignorants ne signifie pas qu’ils ne peuvent absolument pas commettre des péchés ou des erreurs.

Il est promis dans le Saint Coran que les fidèles qui se lient à Allah I recevront la vocation et le droit chemin. Quel que soit le niveau d’évolution et de progression du fidèle, son grade le plus élevé est celui de fidèle.

La crainte de la mort est aussi une réalité pour les savants. La mort est une destination aussi bien pour les savants que pour tout le monde. Même si la découverte et le miracle sont des dons divins, ils ne sont pas l’unité qui détermine la destination. Dans le but d’éduquer et d’instruire, les savants entrent en contact et se familiarisent avec des apprenants, des curieux et des néophytes. Ensuite, ils partagent avec eux les sentiments de respect, d’affection, de soumission et d’obéissance. Cependant, il faut noter que la soumission absolue ne se réalise qu’à l’égard d’Allah U.

L’obéissance et la soumission à l’égard des murchids et des savants ne sont valables que lorsqu’ils n’entrent pas en contradiction avec les recommandations et les prescriptions d’Allah U.

Nous devons toujours évoquer nos prédécesseurs avec respect, gratitude et compassion. Parmi eux, les sahabas y occupent une place de choix car ils ont eu l’honneur d’être en compagnie du Prophète r. Ils sont tous reconnus comme des personnes justes et fiables ; et chaque fois que leurs noms sont prononcés, nous prions pour eux en disant « qu’Allah soit satisfait d’eux» en arabe «y – Radhi Allah Anhoum – ».

Les sahabas y, comme ils n’étaient pas parfaits, ont aussi commis des erreurs et des péchés que nous devons, toutefois, considérer comme une affaire entre eux et AllahU. Et au-delà nous devons suivre leurs traces avec un sentiment de gratitude et d’admiration pour leur vertu, leur sacrifice, leur foi inébranlable et leur amour pour Allah U ainsi que pour le Prophète r. Leurs paroles doivent prévaloir sur nos opinions car ils font partie d’une génération tellement pieuse qu’Allah Ta’ala a prescrit à toute l’humanité de prier pour eux en disant : « qu’Allah soit satisfait d’eux et qu’ils soient satisfaits d’Allah ». Les sahabas y avaient certainement des orientations morales différentes les uns des autres. Il ne nous revient pas de les remettre en question.

La présence des quatre grands califes y et des autres sahabas y aux côtés du Prophète r dans le paradis est une preuve significative de leur importance.[4]

Il est connu à travers les dires du Messager d’Allah r que les sahabas y, les tabi’uns  qui les ont suivis ainsi que les tabi’ at-tabi ’uns رَحْمَتَ الله عَلَيْهِمُ qui ont suivi les tabi’uns occupent une place de choix dans la communauté de Muhammad r en raison de leurs bénédictions et de leurs bienfaits. Ainsi, nous devons adopter une approche respectueuse et affectueuse à leur égard. Au lieu d’utiliser une approche exclusive et injurieuse lorsque nous parlons d’eux, nous devons plutôt tirer des leçons de leur vie, et demander le pardon et l’absolution pour eux. Au-delà de cette approche, nous ne pouvons pas non plus faire preuve de compassion à l’égard des criminels qui ont assassiné le jeune homme Hussein t bien aimé du Prophète r et ses semblables ainsi que beaucoup d’autres musulmans. Mais, ce serait très audacieux de vouloir juger facilement tout le monde d’autant plus qu’Allah U nous a détaillé ce qui nous incombe vis-à-vis des communautés qui nous ont précédé :

« Voilà une génération bel et bien révolue. A elle ce qu’elle a acquis, et à vous ce que vous avez acquis. Vous ne serez pas tenus responsables de leurs actes. »[5]

«Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant: Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux»[6]

De nos jours, nous constatons une erreur, qui s’apparente au fait de ne pas connaitre ses limites. Ceux qui discréditent et traitent avec condescendance les défunts savants et les oulémas contemporains au nom de la science et de la sagesse, commettent une erreur gravissime. Le discrédit de nos imams et de nos oulémas à travers un langage injurieux, arrogant et ingrat, est un acte imbu d’obscénité et d’impolitesse.

Chaque opinion mérite certainement d’être remise en question car nous ne sommes pas obligés d’accepter toutes les opinions. Mais, lorsque nous entrons en contradiction avec les points de vue des autres, nous ne devons pas proférer des injures à leur égard car cela signifierait qu’on s’est privé de la courtoisie humaine et de la bienséance scientifique. À plus forte raison lorsque la personne injuriée a déjà rendu l’âme car cela se mue en un grand crime[7]. Les personnes qui utilisent une approche péjorative pour parler de leurs prédécesseurs font preuve de bassesse, de vilenie et d’ingratitude et s’attirent la colère du Seigneur.

Allah Ta’ala dit clairement dans le Saint Coran qu’Il U prend la défense de Ses fidèles pieux.[8]

Celui qui attriste et offense les fidèles bienaimés d’Allah U, L’offense et L’attriste. Il est même dit dans un hadith authentique qu’il est recommandé de combattre ce genre de personnes. Ainsi, l’histoire a prouvé que ceux qui pratiquent ces agressions injustes, connaissent une fin indéniablement pitoyable.

2- Les leaders

Il est très important que la communauté ait des leaders qui gouvernent  en conscientisant le peuple comme le font les oulémas, les murchids et les autres savants. Allah Ta’ala a rendu indispensable la gestion des créatures, connues et inconnues, à travers les leaderships. C’est encore plus indispensable en ce qui concerne l’être humain. Le Messager d’Allah r l’a d’ailleurs exprimé ainsi:

« vous êtes tous des bergers et vous êtes responsables de ceux que vous dirigez. »[9]

Il existe plusieurs sortes de leadership à savoir le leadership familial, le leadership professionnel, le leadership spirituel, le leadership de groupe, de quartier, de ville et le leadership d’état. Chaque type de leadership a ses principes, sa bienséance et ses exigences. Le leadership peut être inné ou résulter d’une aptitude, d’un savoir et d’un mérite acquis en fonction de son domaine de formation. Le leader n’est pas seulement celui qui ordonne et transforme autrui en esclave ou en robot, il est aussi celui qui travaille et fait chemin ensemble avec ses subordonnés vers un même objectif. Quels que soient leurs domaine et cadre de vie, ce qui doit le plus retenir l’attention des leaders est la conscience de leur responsabilité. Un bon leader doit prioritairement protéger et surveiller les droits de ceux qui sont sous sa responsabilité,  s’éloigner de la tyrannie et instaurer la justice dans son domaine de responsabilité. Il doit également accorder la priorité au service, ne pas s’enorgueillir, travailler sur la base de la consultation et préférer la générosité, le pardon ainsi que la miséricorde. Il doit être discipliné, perspicace et studieux. Il doit assurer la distribution des tâches aux employés car cela est très important pour le succès du leadership.

Puisque les leaders ont, d’une façon ou d’une autre, le pouvoir, il est possible qu’ils se transforment en pharaons. L’abondance de possibilité et d’opportunité peut renforcer l’ego. C’est pour cela qu’ils doivent s’entourer de personnes qui leur disent la vérité et leur rappellent Dieu au lieu de privilégier celles qui leur font toujours des révérences obséquieuses en leur disant à tout moment : « je suis à votre service Monsieur ». Cette situation est d’une grande importance pour eux aussi bien dans ce bas monde que dans l’au-delà.

Les personnes dirigées par les leaders, quant à elles, doivent être respectueuses tant que leur leader ne fait pas preuve de sacrilège et de rébellion, et, qu’elles le veuillent ou pas, elles doivent lui obéir et appliquer tous ses ordres.

[1]        Recommandation à rapprocher du verset coranique : “Demandez donc aux gens du rappel si vous ne savez pas” Saint Coran Sourate les Abeilles – An Nahl (17) verset 43. (Note du Rédacteur)

[2]        Ndt: Le Coran ne dit-il pas : “Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah.” Saint

Coran Sourate Le Créateur – Fatir (35) verset 28

[3]        Cf. Osman Nuri Topbaş, Altın Silsile, 8; 53-61.

[4]        Ndt: Voir les récits citant les « العشرة المبشرون بالجنة, Al-’Achara al-Mubasharûn bi-l-Janna. (Les Dix

         avertis du Paradis » İbn Majah Livre 1 Hadith 438 ; Abou Dawood Livre 41 Hadiths 4649 & 4650 ;

At Tirmidhi Livre 49 Hadith 4114

[5]        Saint Coran sourate La Vache – Al Baqara (2) verset 134

[6]        Saint Coran sourate L’Exode – Al Hashr (59) verset 10

[7]        A ce sujet rappelons la parole prophétique rapportée par Al Boukhari selon un récit d’Aïcha c :

« N’insultez pas les morts car ils sont déjà arrivés à la conséquence de leur œuvre.» (Note du Rédacteur)

[8]        Voir dans le Saint Coran la sourate L’Enceinte du Paradis – Al A’râf (7) verset 196.

[9]        Al Boukhari, Jemoua 11; Muslim, Imarat 20.

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous